Acné : attention à l’effet rebond au soleil

Acné : attention à l’effet rebond au soleil

Qu’est ce que l’acné ? C’est une maladie inflammatoire du follicule pilo-sébacé, qui associe une hyperproduction de sébum, une obstruction du canal folliculaire et une inflammation due à la prolifération d’agents microbiens. En France, six millions de personnes en souffrent, dont une majorité d’adolescents (entre 70% et 80%). Bien entendu, cette maladie peut aussi se manifester à l’âge adulte, même si cela est plus rare. 

 

 

Si vous êtes sujet à l’acné, vous aurez surement remarqué qu’avec le retour du soleil, vos petits boutons semblent disparaître comme par magie… Malheureusement, si vous ne prenez pas vos précautions, gare à l’effet rebond !

En effet, avec le soleil, la peau a tendance à devenir plus sèche et à s’épaissir, empêchant le sébum de s’écouler correctement et naturellement. L’acné semble alors s’améliorer, mais ce n’est qu’une simple illusion… Si vos boutons ne sont plus visibles en surface, ils sont en réalité toujours présents, bien cachés dans les profondeurs de votre épiderme.

A la fin de l’été, lorsque le soleil est moins fort et moins présent, la peau retrouve son épaisseur normale et l’épiderme purge alors tout le sébum accumulé durant la saison. Résultat ? Vos problèmes d’acné reviennent en force !

Rassurez-vous, des solutions existent pour éviter cet effet rebond plutôt désagréable… Voici quelques conseils !

 

Comment prévenir la poussée post-soleil ? 

 

1) Mettez de la crème solaire régulièrement :

La crème solaire est une étape très importante et incontournable. En plus de protéger la peau des rayons UVA et UVB du soleil, elle ralentit l’épaississement de la peau. Appliquez-en régulièrement, toutes les deux heures au minimum !

Si vous avez une peau acnéique, il est conseillé d’opter pour une crème solaire à indice élevé (au minimum un SPF 30), non-grasse et non comédogène. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

 

2) Adoptez une routine beauté et chouchoutez votre peau :

a. Nettoyez votre peau matin et soir afin d’éliminer les impuretés et d’enlever les résidus de crème solaire ou autres saletés accumulées au cours de la journée.

b. Faites un gommage de peau 1 à 2 fois par semaine pour enlever les cellules mortes qui bouchent vos pores, et ainsi réguler la production de sébum.

c. Hydratez votre peau ! Quelle que soit la saison et quel que soit votre type de peau, il est primordial de passer par la case hydratation afin de garder un teint éclatant, de protéger la peau des agressions extérieures, de ralentir le vieillissement cutané ou encore d’éviter le dessèchement de votre épiderme.

 

3) Adoptez une bonne hygiène de vie : 

1. Une alimentation saine aide à prévenir l’effet rebond. La consommation d’aliments trop riches en sucre rapides (sodas, confiseries, gâteaux,…) et en graisses saturées (sauces, charcuterie,…) augmentent la production de sébum et donc les risques d’apparition de boutons.

Privilégiez donc une alimentation légère, riche en fruits et légumes : en plus de favoriser une bonne digestion, ils vont aideront à préserver l’équilibre hormonal et à combattre les inflammations.

2. Évitez la cigarette et l’alcool, qui ont tendance à intensifier l’acné. En effet, en réduisant la circulation sanguine, la nicotine bouche les pores et ralentit la cicatrisation, aggravant ainsi les marques et cicatrices dues à l’acné.

À cause des toxines qu’il sécrète, l’alcool augmente significativement les risques de développer des boutons d’acné. Le foie étant trop occupé à éliminer ces toxines, il ne peut plus veiller sur l’équilibre de la peau… laissant libre voie à des boutons disgracieux.

 

4) Choisissez un maquillage adapté :

Même avec une peau acnéique, vous pouvez bien entendu continuer à vous maquiller. Veillez cependant à utiliser des produits de qualité, non-comédogènes, biologiques et adaptés à votre type peau. Il est également important d’adopter les bons gestes : hydratation quotidienne, démaquillage tous les soirs, nettoyage de peau le matin et le soir, etc.

 

Conclusion : 

Au-delà des problèmes esthétiques provoqués par l’acné, il peut également y avoir de réelles conséquences psychologiques. Quelles que soient les personnes touchées par cette maladie inflammatoire (adolescents ou adultes), l’image personnelle, l’estime de soi ou encore la confiance en soi peuvent être affectées (dans certains cas, cela peut aller jusqu’à la dépression).

Gardez en tête que des solutions existent pour soigner l’acné, même si cela peut prendre du temps. En effet, il faut savoir que le cycle de renouvellement de l’épiderme est de 3 semaines, laissez donc le temps à votre peau de retrouver son équilibre. Les résultats seront visibles progressivement, grâce à un entretien quotidien et à condition d’appliquer les bons gestes.

Ne faites pas l’erreur de percer vos boutons (au risque de propager l’infection bactérienne et de former des cicatrices) ou d’abuser des produits anti-acné (souvent très agressifs pour la peau). N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à consulter un dermatologue qui vous aidera au mieux à adapter une routine qui traitera vos imperfections sans les agresser.

 

Promotions crèmes solaires A-derma

Promotions crèmes solaires A-derma

Profitez de notre grande promotion sur les crèmes solaires PROTECT et PROTECT KIDS de la marque A-DERMA : 1 produit acheté = 1 produit offert.

 

Crèmes pour peaux fragiles ou sèches, fluides purifiant et spray très haute protection Indice 50+ pour toute la famille.

 

Offre valable du 12 Juin au 17 Juillet 2020 inclus dans la limite des stocks disponibles à la pharmacie Lefevre.

Promotions Mustela

Promotions Mustela

La pharmacie Lefevre vous propose une promotion sur la gamme de produits Mustela :

 

 

1 pack de de 50 lingettes nettoyantes à l’huile d’olive acheté = 1 pack offert

Les Lingettes Nettoyantes bébé à l’huile d’olive sont spécialement conçues pour la toilette du siège, dès la naissance, même en cas d’irritations. Elles sont formulées sans parfum, à 99% à partir d’ingrédients d’origine naturelle.

 

Efficacité prouvée

  • Nettoient délicatement bébé en un seul geste.
  • Laissent un film protecteur non collant sur la peau du bébé.
  • Laissent la peau du bébé propre, douce et hydratée.

 

 

 

2 flacons pompe liniments 750 ml = 11,90€ ou 3 flacons pompe liniments 450 ml = 9,90€

Le Liniment nettoie en douceur les fesses des bébés, dès la naissance, et les protège des agressions. Formulé à base d’huile d’olive, sans parfum, et à 99% d’ingrédients d’origine naturelle, ce soin est idéal pour la toilette du siège.

 

Efficacité prouvée

  • Nettoie efficacement bébé et en douceur la zone du siège.
  • Forme un film protecteur pour isoler la peau de bébé des agressions liées à l’humidité et au frottement des couches.
  • Protège l’épiderme grâce à la présence d’huile d’olive (oméga 6 et 9).

 

 

 

2 gels lavants doux 500 ml = 8,50€

Le Gel Lavant Bébé nettoie en douceur visage, corps et cheveux. Ce soin doux, testé haute tolérance, respecte la peau des enfants, dès la naissance. Il ne pique pas les yeux, apaise et compense les effets desséchants du bain.

 

Efficacité prouvée

  •  Nettoie efficacement tout en respectant la peau et le cuir chevelu délicat du nouveau-né, du bébé et de l’enfant.
  • Apaise et compense les effets desséchants du bain
  • Ne pique pas les yeux

 

 

Quelles sont les précautions à prendre en cas d’allergies au pollen ?

Quelles sont les précautions à prendre en cas d’allergies au pollen ?

Le printemps s’est installé… les allergies aussi. En 10 ans, le nombre de personnes souffrant d’allergies saisonnières a presque doublé, avec près de 25% de la population française touchée. 

 

 

C’est pour cette raison que la qualité de l’air est sous haute surveillance. Par exemple, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a pour mission principale l’étude du contenu de l’air en particules biologiques, ce qui leur permet de déterminer le risque allergique pour la population. Ils mettent également à disposition sur leur site une carte (mise à jour régulièrement) sur laquelle vous pouvez voir le niveau d’alerte de tous les pollens pour chaque département.

 

Il faut savoir que le niveau de pollinisation dépend à la fois :

 

  • Des heures de la journée et de la météo :

Michel Thibaudon, directeur du Réseau national de surveillance aérobiologique en France, affirme : « ce dont nous sommes sûrs, c’est que la concentration aérienne est maximale entre 7 heures et 14 heures”.

Les conditions météo joueraient également un rôle. Par exemple, la pluie atténuerait le risque allergique en “plaquant“ en quelque sorte les pollens au sol, les empêchant d’atteindre nos voies respiratoires. Quand le temps est plutôt venteux, les pollens sont plus facilement transportés vers nos muqueuses. Enfin, la pollution aggraverait également les allergies, car elle fragiliserait nos muqueuses et modifierait la structure des pollens, les rendant plus agressifs.

 

  • Des saisons et des régions :
    • de janvier à mai débute la saison des arbres dans le sud de la France, avec les pollens de cyprès, de frêne, de platane, de chêne, d’olivier,… ou encore des pollens provenant d’arbres à châtons tels que le noisetier, l’aulne, le bouleau, le charme,…
    • de mai à juillet (parfois plus, suivant les régions et l’altitude) débute la saison des graminées, qui est la saison pollinique la plus connue. Constituées de milliers d’espèces et présentes partout dans le monde, on distingue les graminées fourragères ( dactyle, fléole, flouve, ivraie, pâturin…) et les graminées céréalières (avoine, blé, maïs, orge, seigle…).
    • de juillet à octobre débute la saison des herbacées (ambroisie, armoise, chénopode, plantain, urticacées…). Cette saison se distingue par sa longueur, car elle peut démarrer au printemps et aller jusqu’en automne.

 

Qu’est ce qu’une allergie saisonnière ? 

Aussi appelée rhinite allergique, pollinose ou rhume des foins, l’allergie saisonnière apparaît quand notre organisme réagit et se défend contre une substance appelée allergène. Dans ce cas précis, l’allergène est le pollen. Lorsqu’il rentre en contact avec nos muqueuses (nez, bouche et yeux), notre corps va déclencher une réaction dite allergique.

 

Il faut savoir que tous les pollens ne sont pas allergisants. Pour provoquer une réaction allergique, il faut :

  • que les grains de pollen arrivent sur les muqueuses respiratoires.
  • qu’il y ait une grande quantité de pollen allergisant, comme celui des plantes anémophiles (graminées, ambroisies, cyprès, bouleaux…), qui sont des plantes dont le pollen est transporté par le vent et non par les insectes (comme les plantes entomophiles).
  • que le pollen soit de petite taille. En effet, les petits grains de pollen restent plus longtemps dans l’atmosphère peuvent parcourir de plus grandes distances. C’est pour cela que, même en ville, on trouve du pollen allergisant.
  • que le  pollen ait un fort pouvoir allergisant, c’est-à-dire qu’il libère des particules protéiques responsables de la sensibilisation.

 

Quels sont les symptômes d’une allergie saisonnière ?

L’allergie pollinique se caractérise par une rhinite allergique ( nez bouché, éternuements, nez qui coule et démangeaisons); une conjonctivite allergique ( yeux rouges qui piquent, sensation de sable dans les yeux); de l’asthme allergique (diminution du souffle, toux persistante, sifflement bronchiques) causée par les petits pollens pénétrants dans les bronches.

Dans certains cas rares, il existe des manifestations cutanées comme de l’eczéma ou de l’urticaire saisonnière. Cette dernière dure généralement de quelques minutes à quelques heures et s’estompe sans laisser de marques sur la peau.

 

Comment lutter contre les allergies saisonnières ? 

Tout d’abord, il est recommandé d’adopter certains gestes au quotidien afin de se protéger au mieux du pollen :

  • Aérez votre habitation avant le lever et après le coucher du soleil, car le pollen est moins présent à ces moments de la journée.
  • Le pollen a tendance à s’accrocher sur les cheveux et les vêtements. C’est pour cette raison qu’il est important de vous rincer les cheveux, de les peigner et de changer d’habits dès que vous rentrer chez vous.
  • Évitez de sécher votre linge à l’extérieur, cela évitera au pollen de venir se déposer sur vos vêtements. Vous diminuez ainsi les risques allergiques.
  • Privilégiez les lunettes de soleil lors de vos sorties. Le pollen vole dans l’air et se glisse facilement dans nos yeux. Porter des lunettes de soleil permet de faire barrière et ainsi éviter les yeux qui démangent atrocement !
  • Évitez les zones trop polluées et la fumée de tabac. La pollution, les fumées (encen, tabac, bougie…) sont des facteurs irritants qui risqueraient d’aggraver encore plus les symptômes de l’allergie saisonnière.
  • Lavez-vous le nez matin et soir avec un spray à l’eau de mer ou du sérum physiologique. Cela permet de nettoyer votre muqueuse nasale où le pollen vient se déposer.

 

Vous pouvez également consulter un allergologue, qui procédera à divers tests cutanés (voire une prise de sang) dans le but de déterminer à quel type de pollen vous êtes allergique. Grâce à cela, il pourra vous prescrire un traitement adapté dans une optique de désensibilisation, qui consiste à injecter des doses croissantes de la substance allergène sur une longue durée (3 à 5 ans).

Enfin, il existe également des traitements médicamenteux. Les antihistaminiques sont généralement recommandés aux personnes souffrant d’allergies. Ils permettent de réduire les symptômes et de calmer  le système immunitaire en s’opposant aux effets de l’allergie. C’est un traitement long (3 à 5 saisons polliniques), mais qui est très efficace (avec un taux de réussite de 70%).

Dans le cas d’allergies plus sévères (et quand le traitement antihistaminique s’avère insuffisant) des corticoïdes peuvent également être prescrits. Cependant, ils exposent à davantage d’effets non-désirés. La durée de leur utilisation doit donc être limitée dans le temps. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

 

Il existe également des solutions naturelles pour soulager l’allergie saisonnière :

  • Le jus d’agrumes : très riche en vitamine C, il soulage les inflammations causées par ces allergies. La vitamine C possède également une action antihistaminique.
  • L’huile essentielle d’estragon : connue pour ses propriétés anti-allergiques, elle s’utilise en diffusion ou en friction sur le torse, mélangée avec une huile végétale.
  • Le miel permet également de réduire la sensibilité au pollen. On l’utilise généralement en cure durant 2 mois, avant la période des allergies, à raison de 2 cuillères à soupe par jour.

 

Conclusion:

En ville ou à la campagne, le pollen est présent et peut fortement déranger le quotidien de ceux qui en sont allergiques. Heureusement, il existe des solutions efficaces ! N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à consulter un spécialiste.

Pour information, selon le site du Gouvernement, il n’existe aucun risque associé aux traitements antiallergiques par rapport au Coronavirus, car « les corticoïdes prescrits dans le cadre des allergies le sont à faible dose ». En cas de doute sur vos traitements pendant l’épidémie de COVID-19, demandez conseil à votre médecin, à votre pharmacien, ou consultez ce site :  https://bit.ly/3cTbxLo.

 

Les moustiques sont de retour… et leurs piqûres aussi !

Les moustiques sont de retour… et leurs piqûres aussi !

Piqûres qui démangent, bourdonnements incessants dans nos oreilles,… Pandémie ou non, avec les beaux jours qui reviennent, les moustiques font leur grand retour… avec leur lot de désagréments !  

 

 

Contrairement aux idées reçues, les moustiques ne nous repèrent pas grâce à la lumière ou ne sont pas attirés par le taux de sucre présent dans notre sang. Ce qui les attire, c’est à la fois la quantité de CO2 que nous dégageons, les vêtements que nous portons (ils seraient attirés par les couleurs foncées), ou encore certaines odeurs dégagées par notre corps (qui ne sont pas uniquement liées à la peau, mais également à l’alimentation).

Savez-vous pourquoi les piqûres de moustiques nous grattent autant ? Tout d’abord, il faut savoir que seules les moustiques femelles piquent. Les protéines contenues dans notre sang constituent pour elles un repas idéal, car le sang récolté permettra de compléter la maturation de leurs oeufs.

Quand elles nous piquent, elles vont venir injecter de la salive qui contient, entre autres, des molécules anticoagulantes. Ces molécules provoquent une libération d’histamine par nos cellules (appelées mastocytes), qui est à l’origine du gonflement, de la rougeur et des démangeaisons. Si la piqûre entraîne généralement une petite inflammation, il est possible qu’elle déclenche une réaction allergique locale : l’inflammation est alors plus étendue, accompagnée de démangeaisons violentes et d’un œdème chaud et douloureux.

S’il est parfois difficile de résister à la tentation de gratter une piqûre de moustique, il est bien entendu déconseillé de le faire, au risque de provoquer des lésions, voire des cicatrices.

 

Comment lutter contre les piqûres de moustiques ? 

  1. Portez des vêtements amples et couvrants et privilégiez les couleurs claires : moins la peau est exposée, moins vous risquez d’être piqué. De plus, comme expliqué précédemment, les moustiques seraient attirés par les couleurs foncées, donc privilégiez les couleurs claires si vous voulez éviter leurs assauts !
  2. Adoptez une bonne hygiène corporelle : attirés par les odeurs de notre corps (sébum, sueur,…), il convient d’avoir une bonne hygiène corporelle pour limiter les risques de piqûre.
  3. Évitez toutes les sources possibles d’eaux stagnantes, car elles constituent un paradis pour les moustiques femelles pour pondre leurs oeufs. Pensez à vider régulièrement les gouttières, les coupelles sous les pots de fleurs, les vases, etc.
  4. Utilisez des répulsifs :
    • Huiles essentielles : certaines huiles essentielles comme la citronnelle, le basilic, l’eucalyptus citronné, la lavande,… sont très efficaces contre les moustiques. Vous pouvez la faire diffuser dans l’air, ou en appliquer sur vos poignets et chevilles.
    • Sprays anti-moustiques : il existe de nombreux répulsifs en pharmacies qui sont également efficaces contre les moustiques ! Il est conseillé de demander l’avis d’un pharmacien pour éviter les réactions allergiques à ces produits.
    • Répulsifs anti-moustiques pour vêtements : des répulsifs spéciaux pour vêtements existent également, et sont pratiques pour imbiber les vêtements d’une protection à toute épreuve !
    • Moustiquaire : qu’elle soit imbibée d’insecticide ou non, la moustiquaire est idéale si vous voulez passer une bonne nuit avec vos fenêtres ouvertes pour bénéficier de l’air frais. Des moustiquaires spéciales pour les berceaux des bébés existent également et permettent de protéger les jeunes enfants.
    • Ventilateur : provoquant de l’air, le ventilateur peut être une aide pour vous protéger des moustiques la nuit ou la journée, car ils auront davantage de mal à voler autour de vous.

 

Comment soulager une piqûre de moustique ? 

Vous ne pourrez pas gagner à tous les coups ! Il arrivera qu’un de ces insectes indésirable parvienne à vous piquer. Voici quelques conseils pour vous aider à soulager une piqûre de moustique de façon naturelle :

  • Le vinaigre de cidre : grâce à l’acide acétique qu’il contient, le vinaigre de cidre possède des vertus antiseptiques. Mélangez-en un peu dans un bol avec de l’eau. Appliquez cette solution sur votre piqûre avec une compresse.
  • Les huiles essentielles : certaines sont reconnues pour leurs propriétés apaisantes, telles que la menthe poivrée, la lavande aspic, le girofle, d’eucalyptus ou encore la camomille. Déposez une à deux gouttes sur un mouchoir, puis appliquez sur la piqûre de moustique. Attention, pensez toujours à vous renseigner auprès de votre pharmacien sur les précautions d’emploi et les contre-indications éventuelles.
  • Le bicarbonate de soude : idéal pour calmer les démangeaisons, mais aussi freiner le développement de l’inflammation. Mélangez 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude avec 1 cuillère à soupe d’eau et appliquez la pâte sur la piqûre. N’hésitez pas à rajouter un peu de vinaigre ou de citron si vous le désirez !
  • L’aloe vera : grâce à  son effet refroidissant et ses puissantes propriétés antibactériennes, l’aloe vera agit efficacement pour guérir tout en soulageant l’irritation, la rougeur et l’inflammation.
  • Le jus de citron : son acidité permet de soulager les piqûres. De plus, il permet d’empêcher les bactéries d’irriter la zone affectée. Imbibez un coton de jus de citron, et tamponnez votre piqûre.

 

Conclusion :

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses solutions pour lutter contre les piqûres de moustiques et les soulager. En plus de ces solutions naturelles, vous pouvez également retrouver des produits divers et variés en pharmacie (sprays, bracelets, crèmes, etc.). N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien !

Comment bien porter son masque ?

Comment bien porter son masque ?

A partir du 11 mai 2020, il est important, voir obligatoire de porter un masque dans certaines situations : transports en commun, courses en magasins, lieux publics etc… A l’aide d’une illustration réalisée par le service communication de la ville de Jarville La Malgrange (54) la pharmacie Lefevre vous conseille sur comment bien porter votre masque, bien se laver les mains avant de le poser, le retirer et le laver en sécurité. Sans oublier un rappel sur les gestes barrières et des astuces complémentaires pour limiter la contagion.

 

Qu’ils soient chirurgicaux ou grand public, les règles à respecter pour le port de ces maques sont strictement les mêmes et c’est en respectant ces nouveaux réflexes que nous en tirerons les bénéfices pour lutter contre la propagation du Coronavirus.

 

 

 

COVID 19 : ne prenez pas de sirop pour la toux à base de pholcodine

COVID 19 : ne prenez pas de sirop pour la toux à base de pholcodine

Attention aux sirops contre la toux à base de Pholcodine. D’après l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ils pourraient provoquer des réactions allergiques avec certains médicaments utilisés dans les services d’anesthésie et de réanimation, en cas de contamination au virus.

 

Exemple de sirops contre la toux à base de pholcodine  : BIOCALYPTOL®, BRONCALENE®, DIMETANE®, HEXAPNEUMINE®, POLERY®

 

Aussi, l’ANSM recommande de ne pas en prendre durant l’épidémie dans un communiqué :

 

 

Ces réactions allergiques sont étudiées depuis 2009, précise l’Agence, et d’ailleurs la pholcodine n’est disponible en France que sur prescription depuis 2011.

 

Il est recommandé aux patients de ne pas utiliser, dans le contexte actuel, de médicament à base de pholcodine en cas de toux, et plus généralement d’éviter de s’automédiquer devant tout symptôme évocateur d’une infection COVID-19 : si vous avez de la toux, associée à de la fièvre, des difficultés respiratoires, des douleurs musculaires, une perte de goût et/ou d’odorat, contactez votre médecin.

 

En cas de toux, la Société française de pharmacologie et de thérapeutique livre plusieurs conseils et attitudes à adopter, sur son site internet.

Retrouvez votre équilibre avec Phyto Stress

Retrouvez votre équilibre avec Phyto Stress

La situation actuelle sanitaire dû au confinement est assez anxiogène et parfois mal vécue chez certaines personnes. Le stress et la nervosité peuvent alors apparaitre et l’équilibre nerveux et la qualité du sommeil peuvent être altérés. Pour palier à cette problématique, la Pharmacie Lefevre de Rethel (08), vous propose les comprimés Phyto-stress en 28 comprimés.

 

Phyto-stress est un complexe qui associe 4 plantes et agit sur le bien-être quotidien grâce à l’action combinée de la Valériane pour une détente optimale, de l’Aubépine qui aide à réduire la nervosité et de la Rhodiole qui contribue à une meilleure adaptation de l’organisme face au stress sans dioxyde de titane.

 

Prendre avec un grand verre d’eau 1 comprimé Phyto-Stress par jour, le matin de préférence. Une boîte correspond à 28 jours de cure.

 

Déconseillé aux enfants de moins de 12 ans ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitantes. Ne pas dépasser la dose recommandée. Conserver dans un endroit sec et à l’abri de la lumière et de la chaleur. Ne pas laisser à la portée des enfants. Ne doit pas se substituer à une alimentation variée et équilibrée et à un mode de vie sain.

 

Contactez nous au 03.24.38.48.31 pour commander une boite de Phyto stress

 

Comment renforcer votre système immunitaire ?

Comment renforcer votre système immunitaire ?

Votre système immunitaire aide à votre corps à bien fonctionner en lui permettant de faire face à des substances menaçantes comme les microbes (virus, bactéries, parasites, etc.), les cellules cancéreuses ou encore les corps étrangers. En cette période de pandémie du Coronavirus Covid-19, il est d’autant plus important de le renforcer. Voici les 7 éléments indispensables pour avoir un excellent système immunitaire :

 

 

1. Dormez suffisamment :

Il est important de dormir entre 7 et 8 heures par nuit. Le manque de sommeil empêche l’organisme de se réparer et de se nettoyer, vous rendant plus vulnérable face aux infections. Pour bien dormir, ne pratiquez pas d’activité physique le soir, arrêtez les écrans au moins 1h avant le coucher, limitez la température de la chambre à 19°C et privilégiez les repas légers.

 

2. Faites le plein de vitamines :

  • La vitamine A est présente dans les carottes, le potiron, les épinards. Elle est indispensable pour la barrière de la muqueuse intestinale et stimule également la production des globules blancs et des anticorps.

 

  • La vitamine C, est antioxydante et protège les globules blancs. Elle est très présente dans les fruits et les légumes comme la goyave, les poivrons, le kiwi ou encore l’orange.

 

  • La vitamine E, est un groupe de molécules présent dans les graines de tournesol ou les huiles végétales. Elle est importante pour les personnes âgées, car elle compense la perte de réponse immunitaire liée au vieillissement.

 

  • La vitamine D active les globules blancs qui sont nécessaires à la fabrication des anticorps et à la destruction des microbes. Elle est présente notamment dans les poissons gras comme l’huile de foie de morue, les oeufs de saumon en conserve, les sardines, le flétan.

 

3. Pratiquez une activité sportive :

C’est un moyen simple et efficace pour entretenir votre corps, décompresser et vous sentir en meilleure forme physique et mentale. De plus, le sport serait utile pour prévenir et améliorer certaines maladies chroniques, renforcer le cœur et réguler la tension. Voilà de bonnes raisons de pratiquer une activité physique régulière !

 

4. Limitez le stress :

Le stress réduit vos défenses immunitaires, vous rendant plus fragile face aux virus et microbes. Si le confinement peut être source de stress, il important d’essayer de vous détendre au maximum. Dès que vous vous sentez stressé, faites en sorte de vous occuper l’esprit : lisez, regardez une série, un film, appelez vos proches… N’hésitez pas également à pratiquer des exercices de méditation ou de relaxation.

 

5. Limitez la consommation de sucre :

Vous n’êtes pas sans savoir que le sucre favorise certaines maladies comme le diabète, l’obésité et certains cancers (côlon, pancréas, l’estomac,…). Dans l’intestin, le sucre attaque la flore intestinale, ce qui affaiblit votre système immunitaire. Voilà pourquoi limiter votre consommation de sucre est plus que recommandé. 

 

6. Faites une cure de probiotiques :

Aussi appelés « bonnes bactéries », les probiotiques sont naturellement présents dans l’organisme et vous aident à rester en bonne santé en boostant votre immunité. Ils peuvent se prendre sous forme de cure (10 jours/mois).  En période d’épidémie, ils sont souvent conseillés pour renforcer le microbiote intestinal, car une flore intestinale déséquilibrée peut modifier le système immunitaire. Les probiotiques sont donc une bonne solution pour rééquilibrer la flore intestinale et mieux lutter contre les infections.

 

7. Utilisez des huiles essentielles (HE) 

Certaines huiles essentielles sont connues pour leurs actions antibactériennes, antivirales mais aussi immunostimulantes, telles que :

  • Ravintsara
  • Arbre à thé
  • Thym à feuilles de sariette ou à thujanol
  • Eucalyptus radié

Pour les utiliser correctement, voici une petite recette : mélangez 20 gouttes d’HE de ravintsara, 20 gouttes d’HE de d’eucalyptus radié, 20 gouttes d’HE de citron jaune. Déposez 3 gouttes de ce mélange sur un comprimé neutre 1 fois par jour 5 jour sur 7 le temps de l’épidémie.

 

 

Mise en garde : avant toute utilisation, demandez conseil à votre pharmacien. L’efficacité des huiles essentielles contre le COVID-19 n’ont pas été prouvées, n’en consommez pas sans l’avis de votre médecin ou pharmacien.

 

Comment se protéger face au Coronavirus Covid-19 ?

Pour rappel depuis le mois de janvier, le monde entier fait face à une pandémie causée par le Covid-19. Ce virus s’est très vite répandue sur tout le globe et continue de progresser. Pour lutter contre ce dernier, des mesures strictes ont été prises par le gouvernement. Voici un petit rappel des règles à respecter pour limiter la propagation de ce virus:

 

  • se laver les mains très régulièrement
  • tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • saluer sans se serrer la main
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • ne pas faire de rassemblements, limiter les déplacements et les contacts
  • se déplacer que pour aller au travail si le télétravail n’est pas possible, pour faire des achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés, se rendre auprès d’un professionnel de santé, se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables

 

Plus d’informations sur : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

 

Attention ! “La prise d’anti-inflammatoires pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection” a alerté le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. En effet, ces  médicaments pourraient atténuer l’inflammation et masquer les signes plus grave d’une infection et retarder le diagnostic et donc la prise en charge du patient.

 

Conclusion

S’il est important de renforcer votre système immunitaire en cette période de pandémie, cela ne vous garantit pas une protection complète contre le Coronavirus Covid-19. La meilleure solution est de rester chez vous et de bien respecter les règles et les gestes barrières. Ainsi, le virus se répandra moins vite, et nous parviendrons plus rapidement à gagner ce combat.  

Confinement. Les pharmacies, refuges des victimes de violences conjugales

Confinement. Les pharmacies, refuges des victimes de violences conjugales

Les victimes de violences conjugales vont pouvoir donner l’alerte dans les pharmacies. C’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Intérieur, jeudi 26 mars 2020. Partout, le confinement expose davantage les femmes aux violences conjugales en les isolant.

 

Comment appeler à l’aide quand on est confinée dans un appartement ou une maison, avec un conjoint qui frappe ou menace de le faire ? En se rendant à la pharmacie. Le ministère de l’Intérieur est en train de mettre en place, avec l’Ordre des pharmaciens, un dispositif en ce sens. Durant la période de confinement, les pharmacies pourraient devenir le refuge des personnes victimes de violences conjugales pour donner l’alerte.

 

Une augmentation de 30 % des violences conjugales depuis le début du confinement

 

Concrètement, la personne (une femme le plus souvent) violentée par son conjoint et isolée à domicile pourra venir demander de l’aide à la pharmacie, qui sera alors chargée d’alerter les forces de l’ordre. Et si son conjoint est avec elle, elle pourra utiliser un code, par exemple Masque 19, pour alerter le professionnel de santé. Ce système est déjà en place en Espagne, un pays à la pointe dans la lutte contre les violences conjugales.